Le sexe, la religion, l'argent, le pouvoir ?…
Les confidences sulfureuses d'une célèbre courtisane de la belle époque !

Confidences érotiques d'une courtisane
le nouveau roman de Valérie Bonnier

Couverture du roman
Quelle femme n’a pas rêvé de vivre de grandes passions, de séduire les hommes les plus beaux, les plus riches et les plus puissants, de mener une existence libre, de jouir et d’aimer à volonté !

Inspiré de la vie de Liane de Pougy, célèbre courtisane de la Belle Époque, ce roman raconte le destin de Marie, de son enfance à sa maturité. Femme de caractère, à l’esprit caustique, à la beauté exceptionnelle, séductrice bisexuelle, elle trace son chemin entre les amours les plus folles et les douleurs insurmontables. Amante, épouse, mère, elle traverse le début du 20ème siècle en déesse de la volupté, vêtue des corsets des années 1900 jusqu’aux jupes courtes de 1950.
Au fil d’une lettre écrite avec fébrilité à un jeune médecin réservé et chaste, Marie nous livre son intimité sans pudeur, avec franchise et sincérité, divulgue ses doutes, ose la vulnérabilité, se dénude pour mieux se draper dans sa dignité. Marie ressemble à toutes les femmes qui osent être elles-mêmes, et à celles qui voudraient s’épanouir sans contrainte.

Confidences érotiques d’une courtisane, écrit dans un style ciselé à la fois violent et délicat, émouvant et cocasse, raconte l’histoire d’une femme qui s’affirme avec brio, au grand jour, dans cette société de la Belle Époque, où la masculinité règne en maître et où la sexualité reste confinée dans l’obscurité. Vive, émouvante et fantasque, Marie fera frissonner le lecteur, et ronronner les lectrices de fierté et de plaisir...

mes nounours aussi lisent Confidences érotiques d'une courtisane

Éditions France-Empire
ISBN : 978-2-7048-1270-7 / Prix : 15€
- dossier de presse -

Samedi 5 juillet

Confidences érotiques d'une courtisane
25ème dans le Top100 d'Amazon

… entre le Diable au corps (Raymond Radiguet)
et la Femme de papier
(Françoise Rey)

Confidences érotiques d'une courtisane est dans le top100 d'Amazon

premier chapitre (début…)


Paris, le 3 septembre 1948, 16 heures

Cher docteur,
Ma vie a été scandaleuse. À part voler ou tuer, j’ai mené une existence qui risque de vous choquer quand vous lirez ces lignes. Pourquoi ne vous l’ai-je pas racontée lors de votre visite ? Peut-être parce que j’ai compris que vous étiez un jeune médecin pudique, élevé avec de solides principes moraux.
Vous pourrez toujours interrompre cette lecture et déchirer ma lettre. Ce serait dommage, car je ne me suis jamais confiée à personne. Cependant, cela m’aurait intéressée de voir vos réactions et l’expression de votre visage si je vous avais avoué en tête à tête ma vie libertine. Pourquoi ne pas me confesser à un prêtre ? Impossible, je suis damnée. Un psychanalyste ? Freud est mort. Mon cher vieux médecin ? Je le connais trop bien.
Si je veux me montrer vraiment honnête envers vous, j’ai pris la plume après votre départ car une violente angoisse m’a serré la gorge. Comme toute femme de mon âge, le temps qui passe, la vieillesse et la mort m’obsèdent depuis quelque temps. Il faut vous dire que j’ai assisté aux obsèques d’une amie ce matin même. De retour chez moi, un léger malaise m’a poussée à solliciter de l’aide.
Avant de vous laisser lire ce récit, veuillez excuser la conduite de ma femme de chambre, cette petite délurée qui a toujours essayé de copier ce que j’étais autrefois. Ses naïves tentatives sont bien innocentes à côté de celles que j’ai pratiquées au cours de ma jeunesse. Je sais qu’elle a fait semblant de souffrir de brûlures intimes, et vous a demandé d’observer l’endroit de son mal. Elle m’a raconté qu’elle avait soulevé sa jupe, et, sans culotte, vous a supplié d’examiner son sexe irrité qu’elle a ouvert devant vos yeux de praticien. Consciencieusement, vous avez ausculté sa chair moite de désir qui ne présentait aucune maladie. La vicieuse voulait simplement vous tester, en espérant que la vision toute crue de ses charmes vous ferait perdre la tête, et vous aurait conduit dans sa chambre pour quelques caresses dont elle est friande. Quelle déception pour elle !
Je compte sur votre indulgence à son égard.
Le style : Dans un style vif et tranchant qui allie l’émotion à l’insolence, Valérie Bonnier s’est coulée dans la prose de son héroïne Liane de Pougy. Une liberté de ton étonnante, une vraie poésie sentimentale, une violence sexuelle, une cruauté dans les situations, de la tendresse dans les mots, la plume de l’auteur file aussi vite que la vie de cette femme hors du commun. Jamais vulgaire, très précise dans les descriptions érotiques, l’auteur laisse aller sa plume dans un chant esthétique et parfois brutal. Une écriture qui serre le cœur, et met les sens en émois.
Liane de Pougy : En corrélation avec notre société française où tout semble permis, dans un 21ème siècle où s’immiscent un retour à la morale, une violence envers les femmes et une régression face aux libertés, Liane de Pougy reste un exemple d’indépendance, de courage, de sexualité affirmée, malgré un comportement contestable pour certain.
La Belle Époque : En s’approchant au plus près des sentiments et des confidences de Liane de Pougy, l’auteur n’hésite pas à montrer et décrire la Belle Époque, les moeurs troubles des ecclésiastiques, la liberté sexuelle, les dérives des politiques, le pouvoir de l’argent, le libertinage bisexuel, l’extravagance des artistes, la pauvreté du petit peuple, et la folie meurtrière de deux guerres qui ont ravagé l’Europe. Ce roman fait écho à la grande exposition "Paris 1900" au Petit Palais...
Les lectrices : Depuis son premier roman, des lectrices fidèles suivent Valérie Bonnier, auteur atypique, qui n’hésite pas à changer d’époque, qui met la femme en valeur, qui se joue des contraintes et des préjugés, qui revendique l’insolence et la liberté, et sait tenir en haleine ses lecteurs.
le logo de l
Quand vous commencerez la lecture de ce livre, merci de le mentionner sur l'excellent Vendredi Lecture, en laissant un mot le vendredi sur :
- leur page Facebook
- leur compte Twitter